Vacheron Constantin Les Cabinotiers Symphonia Grande Sonnerie 1860 : Une pièce unique à plus d’un titre !

Lors de la 27e édition du SIHH, Vacheron Constantin a dévoilé sa première replique de montre-bracelet avec Grande Sonnerie. Ce garde-temps, qui ne sera édité qu’à un seul exemplaire, illustre l’excellence du savoir-faire de la manufacture.

La replique de montre Les Cabinotiers Symphonia Grande Sonnerie 1860 est tout d’abord le fruit d’un seul horloger qui a assemblé et ajusté 727 composants dans une boîte en or blanc de 15,10 mm d’épaisseur et 45 mm de diamètre. Une prouesse qui demande 500 heures de travail d’une minutie extrême. Cette pièce unique constitue un véritable tour de force de haute horlogerie, grâce auquel la manufacture Vacheron Constantin rejoint le cercle très fermé des Maisons et horlogers indépendants possédant la maîtrise de la plus exigeante des complications : la Grande Sonnerie.

Simplicité d’utilisation d’un mécanisme complexe

En découvrant Les Cabinotiers Symphonia Grande Sonnerie 1860, la première surprise vient de sa grande sobriété esthétique. Les fines aiguilles des heures et des minutes évoluent au-dessus d’un délicat cadran en or 18 carats, où sont positionnés un indicateur de réserve de marche (à 5h) et de charge de sonnerie (petite aiguille serpentine à 2h), sans oublier une petite seconde (à 7h). Il faut ensuite retourner la replique de montre pour découvrir, à travers le fond saphir, la complexité du mouvement tout comme le mécanisme de Grande Sonnerie.

Pour activer le mécanisme de sonnerie, Vacheron Constantin propose une alternative, à la fois originale et pratique, au bouton-poussoir traditionnellement présent sur ce genre de garde-temps. La Maison en effet mis au point une lunette tournante sur 30° qui permet de choisir le mode de sonnerie que l’on veut, car oui, cette pièce en propose plusieurs ! Il suffit de faire tourner la lunette pour que son petit « slot » en relief se place au-dessus des indications PS, GS ou SIL, gravées sur la carrure. Ainsi, on peut choisir entre Petite Sonnerie (PS), la replique de montre sonne au passage (automatiquement) les heures et les quarts, Grande Sonnerie (GS), elle sonne alors au passage les heures et les quarts en répétant les heures à chaque quart, ou le mode silence (SIL). Dernier détail et non des moindres : l’instrument intègre aussi un mécanisme de répétition minutes (heures, quarts et minutes à la demande) qui, lui, se commande au moyen d’un poussoir situé dans la couronne.

La maîtrise de l’énergie au service du son

Le mouvement à remontage manuel bidirectionnel de cette édition exceptionnelle comporte deux barillets qui fournissent l’énergie nécessaire aux indications temporelles et au fonctionnement des sonneries. Ainsi l’architecture du calibre permet de déclencher 912 coups en 24 heures tout en assurant une excellente qualité de son. Il offre également 72 heures de réserve de marche au mouvement et 20 heures pour le mode Grande Sonnerie. Le mécanisme de sonnerie – râteaux, palpeurs et limaçons – habituellement positionné sous le cadran, est ici visible au dos de la replique de montre.

Autre distinction de ce mouvement complexe : la suppression des « quarts fantômes » (période de latence) témoigne d’un soin particulier porté à l’harmonie et à la régularité des coups frappés par les deux marteaux sur les timbres monoblocs. Ainsi, le petit silence que l’on perçoit subrepticement entre le tintement des heures et celui des minutes a été éliminé. Quels que soient l’heure, le quart ou la minute, le laps de temps entre chaque signal demeure identique et s’enchaîne avec une parfaite régularité. Le son qui se diffuse ravira ainsi aussi bien les musiciens à l’oreille absolue que les mélomanes avertis.

De multiples sécurités pour un fonctionnement optimal

Isolation des sonneries, systèmes de sécurité appliqués au mode de sonnerie, au bouton-poussoir et aux barillets… toutes garantissent un usage simple des différentes fonctions de la replique de montre, tout en la prémunissant des risques d’interférences nuisibles entre elles. Ainsi, lors de la mise à l’heure, aucune sonnerie ne peut se déclencher (ni au passage, ni à la demande). A l’inverse, si une sonnerie est en cours, que ce soit la répétition minutes ou une sonnerie au passage, la mise à l’heure est impossible tant que la sonnerie n’est pas achevée. Aucune nouvelle sonnerie ne pourra non plus être déclenchée lorsqu’une sonnerie est en cours. La sécurité liée aux modes de sonnerie assure quant à elle que, lorsqu’un changement de mode est effectué alors qu’une sonnerie est déjà en cours, celui-ci ne s’active qu’à la fin de la sonnerie. Enfin, si le ressort de barillet est en fin d’armage et que la charge de sonnerie n’est pas suffisante pour sonner régulièrement et parfaitement jusqu’au bout, celle-ci ne se déclenchera ni au passage, ni à la demande.

Cette exigence se retrouve dans l’ensemble de ce garde-temps exclusif, lequel reçoit le prestigieux  Poinçon de Genève, gage d’excellence. Pièce à plus d’un titre, les Cabinotiers Symphonia Grande Sonnerie 1860 est livrée avec un résonateur « La Musique du Temps » qui amplifie le son pour profiter pleinement de sa musicalité.

Dan Diaconu et Nicolas Yvon

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *